Dossiers

De Bercy au Club Med, 5 exemples de hackathons qui apportent de nouveaux services

Publié le 22/09/2016

Les hackathons ont gagné tous les secteurs de l’économie, sur des thématiques de plus en plus variées : l’enchantement de l’expérience client, la supply chain, la santé… Avec à la clé des services innovants qui enrichissent l’expérience digitale. Zoom sur les initiatives du ministère des Finances, de Louis Vuitton, de Novartis, de BNP Paribas et du Club Med.

Le ministère des Finances organise un hackathon consacré à l’impôt sur le revenu

Les 1er et 2 avril dernier, la Direction générale des Finances publiques (DGFiP) a organisé un hackathon autour de l’ouverture du code source de son calculateur d’impôts. Bercy a convié développeurs, fiscalistes, juristes, etc., et leur a communiqué le code de la « calculette des impôts », qui permet d’établir le montant d’imposition sur le revenu de plus de 35 millions de foyers fiscaux français. L’objectif : trouver des idées de nouveaux services pour les contribuables. La DGFiP était notamment intéressée par des projets d’applis pédagogiques, permettant de mieux faire comprendre l’impôt et le principe des tranches d’imposition.

Ce hackathon ne prévoyait pas de récompenser un projet en particulier au terme des deux jours de travail. « Le but de l’événement est de mettre en contact les agents publics et les innovateurs, d’initier un dialogue pour ouvrir une collaboration possible », expliquait au Parisien Laure Lucchesi, directrice d’Etalab, la mission gouvernementale d’ouverture et de partage des données publiques. Autrement dit, l’occasion pour des entreprises innovantes de se faire remarquer de l’administration fiscale. Et pour Bercy de communiquer sur sa volonté de transparence et de modernisation des procédures.

Plus d’infos : Le Parisien

Le deuxième hackathon de Louis Vuitton s’intéresse à… la supply chain !

Du 17 au 19 juin dernier, Louis Vuitton a organisé à l’Ecole 42, à Paris, son deuxième hackathon. Le premier, moins d’un an auparavant, était orienté big data. Cette année, le thème était la supply chain connectée. Mission : « créer le meilleur modèle de planification pour optimiser les stocks ». Dix équipes de cinq étudiants, accompagnées chacune par un coach Louis Vuitton, se sont constituées pour répondre au défi et proposer en 48 heures des applications innovantes. Le projet gagnant a notamment été récompensé pour sa capacité à prévoir les ventes et à partager l’information auprès de tous les acteurs.

« La supply chain est vitale et stratégique pour notre entreprise, explique au Monde Informatique Franck Le Moal, DSI de Louis Vuitton et porteur du projet de hackathon. On attend d’abord de ce hackathon un territoire d’outils et d’applications que l’on pourra mettre en place dans le groupe, mais aussi de rencontrer des nouveaux talents de tous horizons, dont certains se verront proposer des stages, voire des emplois. Nous voulons également produire une mobilisation interne fantastique. » A l’instar de nombreux hackathons, la mise au point d’un nouveau service ou d’une nouvelle application n’est ainsi qu’un des objectifs recherchés, à côté du recrutement par exemple, et de l’acculturation des collaborateurs.

Plus d’infos : Louis VuittonLe Monde Informatique

Novartis lance un hackathon pour faciliter la vie des patients atteints de diabète

Novartis a imaginé l’an dernier un hackathon d’un genre bien particulier. Objectif : faire émerger des projets pour répondre aux besoins des patients souffrant d’un diabète de type 2. L’événement a attiré une centaine de participants : développeurs, designers, pharmaciens, patients, etc. Le premier prix a été remporté par un projet d’application permettant de détecter les troubles de la vue, qui peuvent être annonciateurs du diabète (voir la vidéo ci-dessus).

En tout, trois projets ont été récompensés, se partageant une dotation de 10 000 €. « Chaque groupe reste propriétaire et éditeur de son idée, explique L’Usine Digitale qui s’est intéressé à cet événement. Mais Novartis compte bien aider certains à les concrétiser. »

Plus d’infos : L’Usine Digitale

Le deuxième hackathon international de BNP Paribas veut faciliter les parcours clients

L’an dernier, BNP Paribas avait lancé un premier hackathon international, réunissant plus de 300 designers, développeurs et startups, dans cinq villes (Paris, Bruxelles, Istanbul, Rome et San Francisco). Le thème ? « Enchanter l’expérience clients ». Face à la réussite de l’événement, le groupe recommence cette année, élargissant le nombre de villes participantes à huit (s’ajoutent Londres, Berlin et Varsovie). Thème de l’édition 2016 : « Faciliter les parcours clients grâce à la co-création avec les startups ».

« Avec cette nouvelle édition de l’International Hackathon, nous continuons d’accélérer notre transformation digitale, dans un esprit de partenariat mutuellement bénéfique pour la banque et les startups », pointe Thierry Laborde, Directeur Général Adjoint de BNP Paribas.

Ce hackathon international s’inscrit dans le cadre d’un process assez long, prévoyant l’accompagnement des équipes. « A l’issue du week-end de sélection, du 17 au 19 juin, les startups finalistes vont affiner leurs projets lors d’un Digital Bootcamp de cinq mois avec l’aide d’experts de la banque. Le pitch final aura lieu en décembre lors du Demo Day. Les lauréats entreront ensuite dans la phase de prototypage avec les entités de BNP Paribas », explique Jacques d’Estais, responsable d’International Financial Services chez BNP Paribas.

Plus d’infos : BNP Paribas International Hackathon

Que sont devenus les gagnants du BNP Paribas International Hackathon de l’an dernier ?

La question de la suite donnée aux hackathons revient souvent. BNP Paribas fournit quelques éléments de réponse pour les gagnants de son Hackathon 2015 (en photo ci-dessus). Le groupe précise que ces startups qui sont en train de développer leur solution dans les entités de BNP Paribas conservent la propriété intellectuelle de leurs projets.

Logmote propose un service d’authentification unique qui transforme le smartphone de l’utilisateur final en une clé d’authentification simple et sécurisée. Logmote est incubée dans la pépinière du groupe WAI Paris avec l’accompagnement de L’Atelier BNP Paribas et de la Banque de Détail France.

Behaviosec crée des profils comportementaux en analysant la manière (vitesse, force de frappe…) dont les utilisateurs s’authentifient sur l’ensemble de leurs appareils (mobile, ordinateur, tablettes).

Datasine utilise les données transactionnelles et biographiques des clients pour identifier leur profil comportemental et leurs différents événements de vie. Ces informations permettent ensuite de s’adresser à eux d’une façon plus adaptée. La startup vient de signer un contrat avec BNP Paribas Cardif pour tester cette solution.

Snapcheck dématérialise les paiements par chèque. Cette équipe partage ses bureaux avec l’Atelier USA à San Francisco et est accompagnée dans sa recherche de partenariats avec les équipes et les fournisseurs de Bank of the West.

Saldo.mx, à l’origine d’une application mobile qui permet de régler ses factures, est en train de revoir sa stratégie de partenariat avec l’accompagnement des équipes de Bank of the West.

Plus d’infos : BNP Paribas

Une application inspirée de Pokémon Go remporte le hackathon du Club Med

Club Med a organisé son premier hackathon tout début juillet 2016. Objectif : enrichir l’expérience digitale offerte à ses clients dans les villages. L’une des équipes gagnantes a ainsi développé une application de gamification sur le principe de Pokémon Go. L’idée : faire découvrir aux familles, au début de leur séjour au Club Med, les différentes activités proposées, à la façon d’une chasse aux trésors en réalité virtuelle.

Deux projets sélectionnés par le Club Meb lors de ce hackathon vont bénéficier de deux mois d’incubation, afin qu’ils puissent être testés grandeur nature dès cet hiver dans un village du Club Med. Soit des délais assez courts, qui contribuent à accélérer la transformation digitale de l’entreprise. C’est ce qu’expliquait Anne Browaeys-Level, directrice générale marketing, digital et technologie de Club Med, dans une interview au magazine des professionnels du tourisme Tourmag : « Nous sommes conscients que nous sommes dans un monde qui évolue très vite, que les usages de nos clients changent aussi rapidement. Aujourd’hui, seuls, nous ne pourrions pas suivre tous ces changements. Nous avons la chance d’avoir une marque magnétique, l’idée de réunir des développeurs, des concepteurs qui vont pouvoir apporter leurs idées, nous permettra d’incuber les meilleures idées pour les transformer en services concrets pour nos clients cet hiver. »

Plus d’infos : TourmagIgen.fr