Repérés

Bank of America crée un nouveau poste de "chef de sécurité de la marque"

Publié le 7/03/2018

Lors du Mobile World Congress à Barcelone la semaine dernière, Bank of America a annoncé la création du nouveau poste de « Chief Brand Safety Officer », devenant ainsi la première grande entreprise au monde à se doter d’un haut responsable chargé de protéger la réputation de l’entreprise sur Internet et de s’assurer que les publicités de la marque n’apparaissent pas aux côtés de contenus douteux en ligne.

Lou Paskalis, vice-président senior de Bank of America, a précisé que ce nouveau poste s’était imposé « en réaction aux craintes grandissantes dans l’entreprise concernant l’impact de nos investissements publicitaires en ligne ». Il a également mis en avant la menace récente d’Unilever de mettre fin à ses campagnes publicitaires sur les réseaux sociaux si ces derniers n’intensifiaient pas leurs efforts contre les « contenus toxiques, autrement dit la désinformation, le harcèlement ou encore la propagande terroriste ».

« Un chef de sécurité de la marque devient une évidence »

Selon AdWeek, l’écosystème de la publicité numérique n’a pas réussi à créer un environnement véritablement sûr pour les marques. Une étude publiée fin 2017 révèle en effet que « 75 % des marques ont déclaré avoir subi au moins une exposition dangereuse au cours des 12 derniers mois, mais seulement 26 % ont commencé à déployer des solutions relatives à la sécurité de leur marque en ligne ».

La croissance rapide des vidéos en ligne pose un nouveau défi technologique aux entreprises. Car ces dernières se fient le plus souvent à une analyse sémantique du texte sur un site pour déterminer si leurs publicités sont adaptées ou non. Sans compter que les marques doivent désormais faire face à une déferlante de « fake news ». « Avec tant de menaces à exterminer, un chef de sécurité de la marque devient une évidence », analyse AdWeek, qui ajoute : « Bank of America est peut-être la première entreprise du Fortune 100 à nommer un responsable de sécurité de la marque, mais ce ne sera certainement pas la dernière ».

Face aux dérives et aux fraudes, la France vient de se doter d’un label de qualité pour la publicité numérique. Intitulé « Digital Ad Trust », ce label, établi en partenariat entre les annonceurs et les différents acteurs de la publicité digitale, doit permettre d’assurer aux marques que leur publicité sera diffusée dans un contexte approprié, hors de tout contenu toxique ou de « fake news », comme nous l’écrivions dans notre dossier récent « Consommation : les 4 révolutions de la confiance qu’attendent les clients ».

Repéré sur : The Guardian