Repérés

BNP Paribas passe au "mobile first"

Publié le 31/01/2018

La banque vient d’annoncer, fin janvier, qu’elle allait intégrer l’ensemble de ses services au sein d’une unique application. Objectif : satisfaire une clientèle de plus en plus accro au mobile. Plus de 1,2 million de clients de BNP Paribas en France ne se connectent plus, en effet, que par smartphone à ses services en ligne. « Le client ‘mobile-only’ vient plus souvent, 15 fois par mois en moyenne, contre 12 fois pour le client web et mobile, et seulement 7 fois pour le ‘web-only’ », détaille Marc Campi, directeur marketing et digital de la banque de détail en France, cité par La Tribune. BNP Paribas a donc « pris la décision fondamentale de mettre toutes les fonctionnalités au sein d’une même application, qui a vocation à offrir la totalité des services bancaires ».

Virements entre amis et scan de chèque

Concrètement, l’application Mes Comptes a été entièrement refondue, idem pour l’appli de de la banque mobile HelloBank, qui a servi de laboratoire d’innovations. Elles vont être enrichies au cours de l’année de fonctionnalités qui existaient au travers d’applis spécifiques mais dont la fréquentation ne décollait pas, explique La Tribune. Les clients pourront ainsi profiter du virement de personne à personne par SMS, qui sera ajouté avant l’été. Ils bénéficieront aussi de la fonctionnalité « scan de chèque » permettant, en prenant une photo avec son smartphone, de ne plus avoir à se déplacer en agence pour encaisser un chèque.

Un agrégateur de comptes, même pour ceux qui ne sont pas chez BNP Paribas

La banque va par ailleurs proposer sur son appli un agrégateur de comptes, pour suivre l’ensemble de ses comptes, même ceux qui ne sont pas chez BNP Paribas. Elle va aussi mettre en place des outils de gestion des finances personnelles, ainsi qu’un outil de prédiction du solde. Parmi les services à venir, il y aura également un chatbot servant uniquement à répondre aux demandes urgentes concernant les cartes bancaires (vol, perte, etc.).

Repéré sur : La Tribune