Repérés

Ladurée veut aussi être dans l’assiette des Millennials

Publié le 3/12/2018

Célèbre salon de thé parisien créé en 1862, Ladurée est devenue une marque à part entière depuis son rachat par le groupe Holder en 1993. Si le macaron représente encore la moitié de son chiffre d’affaires, la marque a fortement diversifié ses produits ces dernières années : cosmétiques, thés, bougies parfumées, écharpes… Et elle a ouvert 110 points de vente. Mais aujourd’hui, un palier semble atteint. Pour continuer à grandir (les ventes font du surplace depuis deux ans), son président David Holder estime, dans Les Échos, que le moment est venu de rajeunir le concept. Son objectif : mettre le cap sur l’international et viser une clientèle plus jeune, ce qui nécessite de s’adapter aux spécificités de chaque pays.

Revisiter le style Marie-Antoinette

Les jeunes générations « ne se sentent pas forcément à l’aise dans le style Marie-Antoinette », pointe David Holder, allusion au film de Sophia Coppola de 2006 où figuraient en bonne place des pièces montées de macarons Ladurée. Alors, sans renier le style boudoir Napoléon III de ses 12 salons de thés parisiens (la photo ci-dessus), la marque élargit ses sources d’inspirations pour ses implantations à l’étranger. « Je veux casser l’uniformité de la marque pour éviter l’effet chaîne, le déjà-vu. Chaque projet doit être unique, insiste David Holder. Tout ne peut pas venir de Paris. Je veux me donner la possibilité d’associer les cultures et les goûts différents. » Selon Les Échos, le dirigeant a retenu la leçon de son échec à Stockholm. « Les Suédois aiment la simplicité, ils n’ont pas adhéré à notre concept de salon de thé, très doré, très Versailles », constate-t-il.

Collaborations avec des chefs extérieurs

Le renouvellement se joue aussi bien sûr dans les pâtisseries proposées. « Ladurée a porté au sommet la pâtisserie française en créant du rêve. Mais le monde a changé et la concurrence s’est intensifiée, pointe David Holder. Je préfère aujourd’hui travailler avec des chefs extérieurs, notamment ceux rencontrés au fil de mes voyages à l’étranger. » Un chef suédois a ainsi créé la collection Grand Nord pour Noël 2018, avec une forte inspiration scandinave. 

Repéré sur : Les Échos