Repérés

Et si les prix changeaient pendant que vous faites vos courses ?

Publié le 1/09/2017

« Les prix fixes vont-ils disparaître des grandes surfaces ? », s’interroge Le Figaro. Cela pourrait bientôt arriver au Royaume-Uni, où trois des principales chaînes de distribution, Tesco, Sainsbury’s et Morrisons, expérimentent le « surge pricing », un mode de tarification qui consiste à majorer ponctuellement les prix en cas de demande importante. Plusieurs supermarchés viennent ainsi de mettre en place un système d’étiquetage électronique permettant de changer les prix d’un simple clic. « Ils pourront alors augmenter le prix des glaces lors des vagues de chaleur, ou encore introduire et retirer certaines offres en fonction de la demande des clients », illustre Le Figaro.

Des sandwichs moins chers avant 11 heures

L’expérience a déjà été menée par Marks & Spencer l’année dernière. Pour mieux gérer l’afflux de clients au moment du déjeuner, l’enseigne baissait le prix de ses sandwichs avant 11 heures afin d’encourager ses clients à acheter leur encas plus tôt. Pour l’heure, ces variations de prix restent ponctuelles. Mais selon des fournisseurs d’étiquettes électroniques, le système est voué à se généraliser dans les cinq prochaines années. La tarification dynamique est d’ailleurs déjà la règle dans le transport aérien et ferroviaire.

Et en France ?

Légalement, rien n’interdirait une telle pratique dans les supermarchés en France. L’obstacle est d’abord technique, nécessitant l’instauration d’étiquettes électroniques, ainsi que d’algorithmes sophistiqués pour déterminer les prix en temps réel. Mais les freins sont aussi du côté des consommateurs, qui ne semblent pas prêts à voir évoluer ainsi le prix de leur chariot de courses. Néanmoins, les initiatives se multiplient. Il y a quelques mois, nous avions dressé un vaste panorama des projets de tarification dynamique et nous nous interrogions : le « dynamic pricing » va-t-il devenir la norme ?

Repéré sur : Le Figaro