Repérés

Le ticket de caisse accélère sa dématérialisation

Publié le 9/07/2018

Etam, Promod, Uniqlo, Decathlon… Les enseignes qui proposent de dématérialiser le ticket de caisse papier et de l’envoyer par email se multiplient. Dernière en date, Bio c’ Bon vient d’annoncer qu’elle allait déployer l’e-ticket dans tous ses magasins dès la rentrée. Le bénéfice du ticket de caisse dématérialisé est évident pour les commerçants : ils récupèrent ainsi des adresses mail et affinent les profils de leurs clients en reliant les données relatives à leurs achats et à leur navigation en ligne. « D’un point de vue opérationnel, il faut également savoir que le ticket de caisse est un vrai problème pour l’entreprise, car il est composé de données difficiles à déchiffrer, déclare Nicolas Glady, professeur à l’Essec, au Figaro. La digitalisation de ces données permet de les analyser plus facilement. »

1,2 milliard de tickets de caisse imprimés chaque année

Quant aux clients, ils n’ont plus à craindre d’égarer leur reçu et conservent ainsi un historique de leurs achats qui facilite un éventuel retour en magasin. Ils ont aussi l’impression de faire un geste pour l’environnement, un argument également mis en avant par les commerçants : 1,2 milliard de tickets de caisse sont émis chaque année en France, soit une montagne de papier qui n’est pas recyclée. Cependant, le gain environnemental en termes d’économie de papier serait contrebalancé par « l’électricité consommée par les data centers pour l’archivage des tickets », selon Mike Hadjadj, fondateur du réseau Iloveretail.fr. Ce dernier souligne aussi que les personnes âgées sont plus réticentes à l’idée d’abandonner le ticket de caisse : « Les anciens, qui étaient habitués aux erreurs de prix, y sont encore attachés. Mais cette crainte n’existe quasiment plus chez les millennials aujourd’hui. »

Dans la grande distribution, la dématérialisation du ticket de caisse ne serait pas à l’ordre du jour, selon Le Parisien, qui ajoute que « leur réflexion actuelle porte sur la manière de fluidifier et de digitaliser le parcours client, de l’entrée dans le magasin au paiement ». Ce que nous avions souligné dans notre Tendance de février dernier, « Vers la fin de l’acte de paiement ? ».

Repéré sur : Le Parisien