Repérés

Après Nike, Ikea quitte aussi Amazon

Publié le 27/11/2019

L’enseigne d’ameublement met fin à la commercialisation de ses petits articles sur Amazon. Ikea n’y vendait pas de grands produits comme des canapés ou des lits, mais proposait sur la marketplace américaine d’Amazon de petits objets, notamment des ustensiles de cuisine et des lampes. Le groupe suédois n’a pas communiqué la raison de l’abandon de ce projet pilote, mais son départ d’Amazon interroge car Nike vient de prendre une décision similaire. L’équipementier sportif dit vouloir se concentrer davantage sur « la relation directe et personnelle avec le client », indique le site Retail Detail. L’équipementier sportif avait noué un partenariat avec Amazon en 2017 afin de couper l’herbe sous le pied des revendeurs qui commercialisaient ses produits sur la marketplace, mais aussi pour relancer ses ventes sur le digital et rajeunir sa clientèle.

D’autres grandes marques vont-elles suivre ?

Le départ de ces deux géants de la plateforme de e-commerce alimente bien des commentaires. Ainsi, pour Randy Konik, analyste au sein de la banque d’investissement Jefferies, « la démarche montre que les marques fortes se rendent compte que le trafic vers leur propre site est autosuffisant, plus rentable et renforce la marque, tandis que le trafic d’Amazon est moins rentable et contribue moins à l’image de la marque. Nous pensons que bon nombre de grandes marques de vêtements (et même des marques non vestimentaires) vont à l’avenir restreindre, voire éviter la relation avec Amazon. » 

Plus de la moitié des cyberacheteurs commencent leurs recherches sur Amazon

Vendre ou pas sur Amazon, le choix n’est pas sans conséquence. Sa plateforme capte près de la moitié des ventes en ligne aux États-Unis et 20 % en France. Son influence commence même avant l’achat : 56 % des internautes entament leurs recherches de produits sur Amazon, plutôt que sur Google ou sur une autre plateforme, d’après l’étude The Future Shopper 2019 qui a interrogé 15 000 personnes aux États-Unis et en Europe. En octobre dernier, nous nous interrogions : L’après Amazon se dessine-t-il ?

Repéré sur : Retail Detail