La Société Générale teste un chatbot sur Messenger pour garder le contact avec les jeunes

La Société Générale teste un chatbot sur Messenger pour garder le contact avec les jeunes

Comment capter l’attention de jeunes qui passent volontiers quatre heures par jour sur leur smartphone mais jamais une seconde dans une agence bancaire ? C’est le défi que relève la Société Générale en s’associant à la startup française Jam, qui a développé un chatbot pour Facebook Messenger. Jam revendique 100 000 inscrits et 150 000 messages échangés par semaine sur son chatbot, qu’elle présente comme « l’intelligence artificielle pour les bonnes choses de la vie », axée sur les « bons plans » pour simplifier le quotidien des jeunes.

Concrètement, aux jeunes qui l’interrogent, le chatbot recommande par exemple un bar branché à proximité pour finir la soirée. Et sur les questions financières, il va glisser quelques conseils liés à la « SoGé » (la SocGen pour les moins de 30 ans…). Ainsi, questionné sur des jobs d’été, le chatbot de Jam renvoie vers un post traitant du sujet tout en ajoutant : « Au fait, la SoGé a commencé à recruter pour ses jobs d’été, tu devrais vite regarder avant qu’il ne soit trop tard ».

Un accompagnement via « l’intelligence conversationnelle »

« La conversation est la nouvelle interface. Les bots remplacent petit à petit les applications et sites web. Demain, c’est cette rencontre entre une intelligence conversationnelle et des contenus de qualité qui donnera naissance aux services les plus pertinents », précise Marjolaine Grondin, cofondatrice de Jam. Pas question cependant de faire un « push » produit trop apparent. « Notre démarche est d’apporter un conseil, un accompagnement sur les tracas du quotidien. Nous allons intervenir sur les sujets où la Société Générale est légitime en tant qu’acteur bancaire, pour répondre aux questions des utilisateurs en lien avec des besoins financiers : la gestion de budget, le logement, trouver un emploi, partir à l’étranger », explique à La Tribune Marion Mauduit, responsable du projet à la Société Générale.

La promesse de « la banque des moments »

Pour la banque, l’expérimentation du chatbot est avant tout un observatoire de tendances au sein d’une cible clé. « Nous avons surtout un objectif d’image, de montrer que nous sommes à l’écoute des jeunes, via un canal de communication qui lui est propre », indique la « SoGé ». Mais Patrice Bernard, blogueur spécialisé dans les services financiers, y voit une plus grande ambition : « Les services financiers, ‘enfouis’ au cœur de ce compagnon personnel du consommateur, seraient toujours prêts à compléter les conseils qu’il prodigue, que ce soit pour régler un achat ou pour préparer le budget d’un prochain voyage… La promesse de la ‘banque des moments’ n’est plus très loin et c’est, en réalité, une perspective entièrement nouvelle sur ses métiers que la Société Générale pourrait être en train d’explorer », analyse-t-il sur son blog.

Repéré sur : La Tribune

Abonnez-vous
à notre newsletter
et magazine

Inscription gratuite