Repérés

Les livraisons de médicaments à domicile décollent

Publié le 11/05/2020

Plusieurs startups proposent des services de livraison de médicaments à domicile. Sous l’impact du Covid-19, leur activité qui était jusqu’ici confidentielle est en plein boom. Auparavant, ce marché était confronté à plusieurs freins. 97 % de la population française vit à moins de 10 minutes d’une pharmacie, chiffre par exemple Business Insider. Ce qui limite les besoins de livraison. Le secteur est aussi très réglementé. Pour délivrer des médicaments sur ordonnance, le pharmacien doit normalement être en possession du document original. Enfin, « les pharmaciens ne sont pas des geeks », résume Alexandre Deniau, cofondateur de la startup Phacil. « Nous évoluons dans un secteur très peu digitalisé, il existe 23 000 pharmacies en France, et seulement 661 officines sont agréées par l’État pour vendre des médicaments en ligne ! », complète dans Les Échos Yves Bottin Putnikovic, qui vient juste de créer la startup Izyflex, proposant à la fois du drive en pharmacie et des livraisons de médicaments à domicile.

800 % de hausse de la demande

La pandémie de coronavirus a naturellement rebattu les cartes. En début d’année, Phacil n’envisageait, par exemple, que la livraison de produits sans ordonnance. « Face à une forte demande, nous avons développé un service de livraison de médicaments sur ordonnance, mais qui reste basique. Le livreur vient chez le patient en amont pour récupérer sa carte vitale et l’ordonnance », explique Agathe Plantier, l’autre cofondatrice de la startup. Les développements qui auraient permis aux patients d’envoyer directement leurs données ont été jugés trop ​coûteux pour la jeune entreprise. Ce qui n’empêche pas Phacil de connaître une augmentation de 800 % de la demande.

Des services plus élaborés

La startup Otzii disposait, elle, déjà d’une offre de livraison de médicaments sur ordonnance. L’entreprise travaille avec des hébergeurs agréés pour les données de santé, ce qui permet à ses utilisateurs de passer directement commande au pharmacien directement depuis son application. « Les pharmaciens sollicitent énormément le service, pour désengorger leurs officines mais aussi pour livrer les personnes qui ne peuvent pas se déplacer ou sont atteintes de Covid », explique la fondatrice de la startup Doria Barchiche. La crise du coronavirus a multiplié son activité par 5. Autre acteur qui se développe sur le marché : Stuart, la filiale de livraison urbaine de La Poste. Elle vient de lancer un nouveau service pour permettre aux pharmacies et aux petits commerçants de livrer leurs clients à domicile.

Repéré sur : Les Échos