Tendances

La digitalisation à marche forcée des activités physiques

Publié le 2/04/2020

Nécessité fait loi. Le confinement accélère la transformation digitale. Objectif : garder la relation avec les clients quand la plupart des points de contact physiques sont fermés. L’adoption parfois en urgence de nouveaux outils numériques pourrait marquer durablement les habitudes de consommation. Illustrations.

1Salons et événements B2B contraints au digital

Le secteur de l’événementiel, soit 335 000 emplois en France, est « totalement à l’arrêt », ne peut que constater pour Le Figaro Bertrand Biard, président de LÉVÉNEMENT, l’association des agences de communication événementielle. « Il n’y a plus aucun événement d’entreprise programmé dans les deux ou trois mois qui viennent », souligne-t-il.

Quand elles le peuvent, les entreprises reportent leurs événements à des jours meilleurs, ou se tournent vers le web. Elles misent alors soit sur des webinars, soit sur des formats plus sophistiqués. E-marketing.fr donne l’exemple d’EcoVadis, une plateforme de notation RSE, qui a digitalisé son événement annuel Sustain 2020. Prévu en physique à Paris, il s’est tenu en ligne le 12 mars dernier sur un site dédié conçu pour donner l’impression d’entrer réellement dans une salle de conférence (voir le premier visuel ci-dessus). « Les avatars de nos deux CEO accueillaient les participants. Ces derniers avaient ensuite le choix entre plusieurs salles où ils pouvaient accéder à différents contenus, mais aussi à une partie exposition pour nos sponsors », décrit Cécile Dorvault, Global Field Marketing Director pour EcoVadis.

Résultat ? « Nous avons multiplié notre participation par deux, se réjouit Cécile Dorvault. En physique, cet événement attire habituellement 700 personnes. Avec cette version digitalisée, nous avons enregistré (...) 1 600 visiteurs uniques sur les 8 heures de e-conférences. » EcoVadis n’envisage pas pour l’instant d’annuler l’édition physique de son événement l’an prochain. Néanmoins, « tout le monde a été bluffé par le résultat, et nous pensons déjà à digitaliser une partie de Sustain 2021 ». Les contraintes liées au confinement auront accéléré l’adoption de technologies disponibles.

2Les agences immobilières en quête de solutions

Autre secteur qui devrait voir ses process évoluer sous l’impact du confinement : les agences immobilières. « Non indispensables à la vie de la Nation », elles ont dû fermer leurs portes. « Cette crise est un violent coup de pied pour les agences qui vont être obligées de se digitaliser », prévient dans Le Parisien un patron d’agence. Télétravail, signature électronique et visites virtuelles sont devenus les seules façons de fonctionner.

Pour finaliser les transactions en cours, « nous avons signé les compromis de vente à distance, lors de conférences téléphoniques avec l’agent immobilier, le vendeur et l’acheteur, explique Frédéric Teboul, le patron de cinq agences Guy Hoquet à Paris. Des outils qu’on avait déjà, mais qu’on utilisait que très peu ». La signature définitive de l’acte devant le notaire est, elle, plus compliquée à organiser. De nouvelles procédures autorisant cette signature en visioconférence devraient voir le jour suite aux difficultés apparues lors du confinement.

Autre point de blocage : les visites des biens, naturellement. « Nous allons proposer aux vendeurs un tutoriel pour faire eux-mêmes des vidéos avec leur smartphone ou les encourager à faire des visites par FaceTime ou WhatsApp », explique Corinne Jolly, présidente de PAP.fr. Ces visites virtuelles ne devraient pas être suffisantes pour déclencher des signatures, mais elles permettent d’avancer dans les recherches.

L’épidémie de coronavirus est aussi venue perturber les états des lieux d’entrée et de sortie. Certes, la période de confinement n’est pas propice aux déménagements. Mais ils ne sont pas interdits, et certains locataires se trouvent dans l’obligation de devoir quitter leur logement. La solution trouvée par plusieurs agents immobiliers, raconte France Bleu : des états des lieux à distance grâce à l’application WhatsApp. « On ne peut pas laisser un locataire dans les lieux et faire tourner le compteur. On va déroger aux règles classiques avec une petite vidéo qui va nous donner une visibilité sur l’appartement », explique Cyril Lamesa, agent immobilier à Paris. Un second état des lieux sera réalisé si besoin après la période de confinement pour vérifier que tout est en règle.

3Fnac Darty bascule ses forces vives vers les sites marchands

La fermeture des magasins a entraîné la mise en place du chômage partiel de 80 % des effectifs de Fnac Darty. Mais le groupe a veillé à préserver ses activités à distance. « Nous basculons tous nos efforts sur Fnac.com et Darty.com ainsi que sur nos activités de services, le service après-vente notamment. La protection de nos salariés est notre priorité. Mais l’objectif est de continuer à servir nos clients, que nous accompagnons depuis plusieurs décennies », fait valoir dans le journal Les Échos Enrique Martinez, directeur général du groupe.

Actuellement, Fnac Darty mobilise plus de 3 000 collaborateurs pour préparer les commandes des clients et les expéditions, chiffre le Journal du Net. Avec des procédures renforcées pour éviter les contacts physiques : appel systématique pour s’assurer que le client est présent chez lui pour réceptionner la commande, dépôt du colis sur le palier ou devant la maison, signature du bon de livraison directement par le livreur avec sa tablette. Pour doper ses ventes en ligne, Fnac Darty offre la livraison à partir de 20 € d’achat. Avant la crise du coronavirus, le e-commerce représentait 20 % du chiffre d’affaires du groupe. À voir si de nouveaux comportements d’achat émergeront de cette situation exceptionnelle.

4Rungis ouvre son site de vente directe

Il aura fallu la crise du coronavirus pour que le marché d’intérêt national (MIN) de Rungis, historiquement réservé aux professionnels, s’ouvre aux particuliers et développe sa plateforme de vente en direct. En ligne depuis la toute fin du mois de mars, le site Rungis livré chez vous permet aux Franciliens de constituer des paniers de fruits, légumes et produits frais, et de se faire livrer à domicile. « Uniquement des produits français, voire franciliens, en circuit court, assure le MIN de Rungis. L’objectif étant d’offrir un débouché dématérialisé à tous ces producteurs qui se retrouvent avec de la marchandise sur les bras. » La fermeture des restaurants, des cantines collectives puis des marchés de plein air a en effet privé les agriculteurs de débouchés cruciaux pour eux. « Dans un premier temps, nous allons passer par Chronofresh, le service de livraison rapide de produits frais de La Poste », précise dans Les Échos le président du marché Stéphane Layani. En dépit du contexte malheureux, de nombreux consommateurs attendaient depuis longtemps de pouvoir s’approvisionner en direct auprès des producteurs de Rungis.

5Chipotle ouvre un restaurant virtuel sur l’application Zoom

Depuis la mi-mars, Chipotle, la chaîne de restauration spécialisée dans la cuisine tex-mex, convie ses clients américains à des déjeuners virtuels avec une célébrité. Durant toute la durée du confinement, indique Adweek, l’enseigne organise sur l’application Zoom des rendez-vous « Chipotle Together » à l’heure du déjeuner : jusqu’à 3 000 fans peuvent se connecter et chatter avec l’invité du jour, comme le chanteur de country Luke Bryan ou le séducteur de la dernière saison de The Bachelor.

Avec cette initiative, Chipotle garde le lien avec ses clients, et surfe sur la vague des apéros virtuels, web-apéros ou coronapéros selon les dénominations, très en vogue depuis l’entrée en vigueur du confinement. Zoom est une des applications phares pour ce genre d’événements. Cette plateforme de vidéoconférence initialement conçue pour le monde du travail a été propulsée vers des usages grand public, en raison de sa convivialité et parce qu’elle permet de connecter jusqu’à 100 personnes en même temps dans sa version gratuite.

6Les cours de sport se donnent en ligne

Les salles de sport sont bien décidées à garder le contact avec leurs abonnés en cette période de confinement. Elles mettent toutes en place des solutions gratuites pour continuer de faire de l’exercice. Certaines chaînes disposaient déjà de toute l’infrastructure nécessaire, comme Fitness Park (700 000 adhérents dans plus de 200 clubs en France et à l’international). Elle propose ses sessions de home training à la fois via son application My Fitness Park, au travers d’une plateforme live.fitnesspark.fr pour des entraînements interactifs par groupes de 10, ou encore via Instagram, avec des cours donnés tous les jours par des coachs grâce à la fonction Live.

D’autres structures n’étaient pas aussi préparées à faire face, comme Swedish Fit, une chaîne comptant 12 000 abonnés dans quelques dizaines de salles. Au début du confinement, une petite poignée d’employés se sont organisés pour improviser avec deux téléphones portables une séance en musique de 35 minutes alliant cardio, renforcement musculaire et étirements, rapporte le journal Sud Ouest. Résultat : 30 000 vues, et depuis Swedish Fit propose des lives tous les jours sur Instagram et Facebook.

7Des comédiens du Théâtre de la Colline appellent en direct les spectateurs

Avez-vous repéré les initiatives du Théâtre national de la Colline ? En cette période de confinement, la plupart des établissements culturels (musées, théâtres, salles de spectacles, cinéma) multiplient les initiatives pour continuer de divertir le public. Expos virtuelles, archives vidéo gratuites, concerts en direct... Mais le Théâtre national de la Colline dans le 20e arrondissement parisien va plus loin pour garder le lien et poursuivre sa mission culturelle. Son idée la plus originale : une cinquantaine d’artistes amis du Théâtre appellent chaque jour au téléphone des spectateurs pour « leur faire lecture de poésie, de théâtre, de littérature ou leur interpréter un extrait de musique, quelques minutes ou plus ! ».

Cela se passe du lundi au vendredi de 16 à 21 heures. Il faut avoir auparavant choisi un créneau sur le site du Théâtre de la Colline et le téléphone peut alors sonner, avec au bout du fil Myriam Boyer, Anouk Grinberg, Arthur H ou encore Maruschka Detmers. « Chaque artiste choisit son texte pour créer ce moment d’intimité avec l’auditeur, c’est un peu la surprise puisqu’on ne sait pas qui va appeler, ni ce qu’on va entendre », explique Le Parisien.

Cette programmation exceptionnelle du Théâtre de la Colline, dénommée « Les poissons pilotes de la Colline », se compose aussi d’un Journal de confinement (ci-dessous), proposé du lundi au vendredi à 11h par Wajdi Mouawad, le directeur du théâtre. L’agenda prévoit aussi la diffusion d’archives sur Facebook chaque lundi et jeudi à 18h, une story sur Instagram le mercredi pour répondre « à toutes les questions que vous vous êtes toujours posées sur le théâtre », et bien d’autres événements sur les réseaux sociaux.