Image

Viva Technology – Jour 2 – Ne dites plus VivaTech, dites Viva.AI

23/05/2024

C’est l’impression frappante ressentie par tous les visiteurs à VivaTech : l’IA est partout. AI & Marketing, AI & Health, AI & Art… Le salon confirme l’importance mondiale de l’intelligence artificielle en lui dédiant « l’AI Avenue », sorte de « Champs-Élysées » de ses plus beaux cas d’application.

« Pour tous ceux qui veulent investir dans l’intelligence artificielle en Europe, la France est the place to be ! » Telle était la promesse de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique lors de son passage sur la scène de VivaTech mercredi 22 mai. Il était accompagné de Marina Ferrari, secrétaire d’État chargée du Numérique, qui a souligné la valeur stratégique de l’IA pour la France puisqu’elle pourrait rapporter « entre 250 milliards et 439 milliards de PIB supplémentaire ». 

Dans cette course à l’IA, entre les annonces d’OpenAI et de Google, Emmanuel Macron a dévoilé la stratégie française pour rester dans la course. Un crédit supplémentaire de 400 millions d’euros, issus du plan France 2030, sera débloqué pour accélérer « la recherche et la formation de 100 000 experts par an ». Pour notre deuxième jour en immersion, découvrez notre sélection de cinq applications innovantes de l’IA.

 

IA & Santé

Biped.ai : inclusion et protection des malvoyants 

Cette jeune startup suisse propose un harnais à destination des personnes malvoyantes. « Ces personnes ont beaucoup à gagner d’une meilleure compréhension de leur environnement », nous explique Maël Fabien, CEO de Biped.ai. Équipé de caméras, le harnais dispose d’une vision à 360° autour du porteur, qui est analysée instantanément par l’intelligence artificielle embarquée. À l’aide d’oreillettes à conduction osseuse, l’IA peut alerter de risques de collision ou même décrire un lieu visité par la personne. 
« Outre la sûreté de ces personnes, nous tissons des partenariats avec les villes et les parcs nationaux pour développer l’inclusion des malvoyants et leur permettre de profiter de lieux touristiques autant que tout autre visiteur. »


Découvrez Biped.ai – Stand D27-001 

 

IA & Marketing

La Poste révolutionne le courrier adressé avec l’IA générative 

Avec l’offre INH-Inside Home spécialisée dans le marketing à domicile, La Poste Solutions Business innove avec une plateforme d’IA générative qui permet d’améliorer la création de supports marketing print ou digitaux. Il en émerge une solution de création sur mesure d’outils de communication adressés par voie postale aux bases clients des annonceurs. Un simple prompt pour décrire le produit, les cibles et objectifs permet de générer des supports afin de capter l’attention des consommateurs. 

« Nous avons spécifiquement entraîné un modèle d’IA, boosté par notre connaissance des campagnes marketing, qui comprend les produits proposés à nos clients, mais aussi les supports de communication qu’ils emploient comme des catalogues ou des box d’échantillons, par exemple », explique Xavier Hay, directeur Marketing & Innovation de la BU Solutions Marketing au sein de La Poste Solutions Business. L’outil est ainsi en mesure d’inspirer la création marketing et devrait, dès 2025, proposer une solution de bout en bout de création de courrier publicitaire.

 
Découvrez La Poste Groupe – Stand J37

 

Yneuro : identifier un consommateur à l’aide de ses ondes cérébrales

Cette jeune pousse française profite de VivaTech pour lancer la première solution mondiale d’identification par onde cérébrale : neuro ID. « Les patterns de nos ondes cérébrales sont uniques. Être capable de les analyser avec précision grâce à l’intelligence artificielle nous permet d’authentifier une personne de manière plus sûre » nous explique Arnaud Caillet, CSO d’Yneuro. Les cas d’application sont vastes, de la sécurité (déverrouillage de lieux ou d’objets par la biométrie avancée) au marketing. 
« Une société sera théoriquement en mesure d’analyser les goûts de son audience et de les associer à une ID cérébrale. » Pour y parvenir, Yneuro associe neuro ID à une seconde solution qui permet de cartographier les goûts de chacun par l’analyse des ondes cérébrales. À la manière des cookies en voie de disparition, on imagine sans mal comment le marketing de contenu pourrait bénéficier de ce potentiel pour affiner son ciblage. Quid des électrodes nécessaires pour étudier les ondes cérébrales ? « Demain, elles seront intégrées dans nos casques, écouteurs ou casques de VR », envisage Arnaud Caillet. 


Découvrez Yneuro – Stand D27-004

 

IA & Art

Studio Artera : l’IA au service de l’art

En parcourant l’AI Avenue de VivaTech, les yeux des passants seront inévitablement captés par un ensemble de trois fresques graphiques animées. « Il s’agit de la preuve que l’IA peut être un outil d’inspiration et de création pour les artistes », nous explique Giuliano Saldicco, cofondateur de Studio Artera. Cette société se donne pour mission « d’étendre les horizons artistiques du monde », et de manière plus pragmatique de répondre aux désirs créatifs d’autres organisations, qu’elles soient publiques ou privées. Le studio se propose ainsi de faire de l’art un support de valeurs pour les marques avec lesquelles il collabore, comme Louis Vuitton très récemment. Si l’IA n’est pas nécessairement intégrée à toutes les démarches artistiques, « son essor est un moyen supplémentaire de créer, et c’est ce que nous souhaitons démontrer à VivaTech. »


Découvrez Studio Artera – Stand D27-006

 

Oxia Palus : à la recherche d’œuvres d’art perdues

« Sous une peinture se cache très souvent une autre œuvre », témoigne George Cann, cofondateur d’Oxia Palus. Ce jeune entrepreneur britannique propose une solution mêlant technologies de spectrographie et d’IA pour déceler toutes les couches d’un tableau de maître, jusqu’à voir « sans endommager l’œuvre » les premiers tracés sur la toile. La solution s’avère riche en promesses pour la culture en permettant, par exemple, de déceler les croquis d’origine d’œuvres célèbres et ainsi nous renseigner sur les procédés créatifs de l’artiste. Pour des collectionneurs privés (premiers clients d’Oxia Palus), cela peut aller jusqu’à découvrir des œuvres oubliées, volontairement masquées par les artistes « qui peignent très souvent par-dessus d’autres œuvres ». Une fois que l’IA est parvenue à identifier une œuvre « cachée », Oxia Palus emploie l’impression 3D pour proposer une réplique colorée et ainsi (re)donner vie à des pans entiers de la culture artistique que l’on ignore encore. 


Découvrez Oxia Palus – Stand D27-008

 

 

PARTAGEZ CET ARTICLE