Image

Comment Amazon lutte contre les faux avis clients

Avec 10 millions d’avis clients publiés chaque semaine sur les sites d’Amazon, le combat contre les faux avis semble perdu d’avance. Pourtant, le géant du e-commerce « innove sans relâche pour n’autoriser que les critiques authentiques de produits et consacre des ressources importantes pour juguler les faux avis et gagner la confiance des clients », comme il le précise sur son blog. Parmi les moyens déployés, Amazon a instauré la règle des 50 dollars d’achats : impossible pour un client de publier un avis avant d’avoir atteint ce seuil de dépenses. Ensuite, Amazon n’hésite plus à bannir les vendeurs qui recourent aux faux avis : plusieurs centaines d’entre eux l’ont été l’an dernier, dont quelques marques connues. Enfin, le leader mondial de l’e-commerce peaufine ses algorithmes de machine learning à grands renforts d’intelligence artificielle pour identifier les faux avis. Résultat : plus de 200 millions ont été supprimés en 2020 « avant même leur publication ».

53 jours en moyenne pour détecter un faux avis

Mais si tous ces efforts compliquent le travail des faussaires, « rien ne paraît pouvoir juguler le problème », constate Le Monde. Nombre de falsificateurs parviennent encore à tromper les outils de détection d’Amazon, d’autant plus aisément que ce dernier autorise désormais ses clients à laisser un avis à l’aide des seules « étoiles », sans obligation de saisir un texte. En outre, l’entreprise met en moyenne 53 jours à détecter un faux avis, « or ce sont précisément les avis les plus frais qui pèsent le plus sur la note d’un produit », souligne le quotidien.

À l’instar d’Amazon, tous les e-commerçants voient la consultation des avis clients s’imposer comme une étape incontournable dans le parcours d’achat. D’où l’importance, pour les vendeurs comme pour les consommateurs, de pourvoir distinguer le vrai du faux. Nous venons d’y consacrer un dossier, « Avis clients : les bonnes pratiques pour en tirer vraiment profit ».

Repéré sur : Le Monde

PARTAGEZ CET ARTICLE

Abonnez-vous
à notre newsletter
et magazine

Inscription gratuite