Image

La nouvelle donne des réseaux sociaux

16/03/2022

L’ère du numérique a donné une nouvelle impulsion aux échanges. Pourquoi la parole du consommateur influe-t-elle plus que jamais sur les décisions d’achat ? Si les échanges commerciaux ont parfois ressemblé à un rapport de force entre marques et clients, les réseaux sociaux ont rééquilibré ces interactions pour les transformer en relations privilégiées.

Le « direct-to-consumer » conséquence de la proximité numérique

L’avènement d’Amazon a proposé une autre circulation des produits et une nouvelle lecture des relations commerciales en y intégrant davantage le consommateur. En témoignent des entreprises comme Airbnb ou Le Bon Coin, qui ont favorisé les échanges C2C (consumer-to-consumer) en acceptant de devenir de simples intermédiaires. Ces plateformes se sont alors mises à exercer le rôle d’agent de proximité aux quatre coins de la terre. À l’heure où les internautes étaient en quête d’échanges plus authentiques, une poignée d’entrepreneurs en ont profité pour redéfinir la relation client. Sont nées des marques 100 % digitales qui venaient frapper à l’écran du consommateur sans passer par la porte des distributeurs. Un modèle que l’on appelle aujourd’hui le “direct-to-consumer” et qui se révèle de plus en plus hybride puisque ces marques pure players installent leur notoriété lorsqu’elles paient un pas-de-porte qui leur donne définitivement pignon sur rue, renouant ainsi avec l’authenticité des commerces de proximité.

Exit l’égérie ! Place aux ambassadeurs

Aujourd’hui, l’image de marque est aussi importante que le produit. Alors, pour émerger du brouhaha généré par les réseaux sociaux, les entreprises affinent leur stratégie de communication pour ne plus viser la masse mais cibler une audience en affinité avec leurs valeurs. Et si l’influence ne se résume pas à Instagram, force est de constater que ce réseau est largement plébiscité par les consommateurs.
90 % des comptes suivent au moins une entreprise1 et pas moins de 200 millions consultent un profil de marque par jour2… Des chiffres vertigineux qui soulèvent 
la question de la visibilité.

 

marque

Pour améliorer l’écoute sociale de la marque, la solution a été de faire appel aux micro-influenceurs (moins de 50 000 abonnés), c’est-à-dire à des profils aux communautés plus confidentielles mais davantage engagées. Désormais, ce n’est plus une personne qui prête son visage à une marque mais une marque qui confie son image à un ambassadeur, chargé de diffuser le message auprès de son audience. Ainsi, les entreprises bénéficient de la relation de confiance installée entre le compte et ses abonnés pour se rapprocher de ses clients. Il semblerait que la loi de la proximité s’applique aussi à l’influence. Ce principe journalistique, selon lequel l’attention du lecteur est d'autant plus grande que l’information est proche de lui, se retrouve dans les décisions d’achat. Le bouche-à-oreille, efficace lorsqu’il est circonscrit à un périmètre restreint, n’a jamais été aussi impactant depuis qu’il s’organise en micro-réseaux sur des médias sociaux aux milliards d’utilisateurs.

(1) https://business.instagram.com 
(2) https://www.blogdumoderateur.com/chiffres-instagram

PARTAGEZ CET ARTICLE

VOUS POURRIEZ ÉGALEMENT AIMER

Abonnez-vous
à notre newsletter
et magazine

Inscription gratuite