Paul Cassé : il veut révolutionner les transports en ville par les airs

Image

Les drones sont-ils une réponse aux embouteillages dans les villes ? Pour Paul Cassé, ça ne fait aucun doute. Il a fondé CAPS avec deux associés, avec l’idée de généraliser le transport urbain de passagers et de marchandises par les airs, grâce à des capsules de mobilité aérienne. Récit d’une utopie en passe de se concrétiser.

09/07/2024
1 .

Des drones pour remplacer les véhicules utilitaires légers en ville

Réussir là où Icare a échoué, c’est le rêve de Paul Cassé. En 2019, il s’associe à Kevin Laouer et Pierre de Chateaubourg, physiciens comme lui et passionnés d’innovations, d’entrepreneuriat et d’aéronautique, pour fonder CAPS, un opérateur de drones. « Tous les jours, on perdait entre 2 et 3 heures pour parcourir de petites distances. On s’est dit qu’il devait bien être possible de faire ces trajets avec un drone, et on est allé discuter de mobilité urbaine avec des responsables des transports dans les grandes métropoles françaises et européennes. »

L’idée de CAPS? Rien de moins que révolutionner le transport des biens et des personnes en milieu urbain et périurbain, avec une solution technologique simple : un grand drone entièrement automatisé et propulsé à l’électricité. « Un tel engin pourrait remplacer efficacement les véhicules utilitaires légers, qui représentent près de 30 % des véhicules dans les villes. Il peut être jusqu’à deux fois plus rapide, pour un coût deux fois moindre. Et pour le transport des passagers, nous avons imaginé des drones légers, discrets et abordables pour avoir une pertinence économique. À terme, notre objectif serait d’accélérer les échanges tout en les décarbonant et en les rendant plus intéressants financièrement, ce qui va améliorer les supply chains des entreprises, tout en libérant de l’espace sur le réseau routier. » 

2 .

Trois challenges à relever : technique, réglementaire et psychologique

Pour mettre en œuvre leur solution, Paul Cassé et ses associés ont dû relever trois challenges : technique, en assemblant un instrument de haut niveau technologique, fiable, sûr et doté d’une batterie ; réglementaire, avec des procédures et des schémas de certification pointus à respecter ; psychologique, pour expliquer les performances des drones aux entreprises. 

Dans leur atelier du centre de la France, ils ont procédé à des essais pour prouver la mise à l’échelle de leur technologie. « La batterie était un défi particulier. Nous l’avons développée nous-mêmes avec un peu de lithium acheté sur Internet et des points de soudure. Et comme nous visons des trajets urbains et périurbains, avec un rayon d’action d’une vingtaine de kilomètres et une capacité d’emport de 200 kilos, nous n’avons pas besoin d’une batterie trop lourde. »

Ils ont aussi levé des fonds pour assembler un démonstrateur et passer à l’industrialisation, et ont convaincu plusieurs partenaires industriels de les soutenir, parmi lesquels Dassault Systèmes qui a mis sa plateforme de modélisation 3DExperience à leur disposition, Safran pour les certifications et Thales sur une partie de l’avionique. Les premiers vols commerciaux de CAPS sont annoncés pour 2026. 

3 .

La révélation de la physique

La physique n’avait rien d’évident pour Paul Cassé. « Au lycée, j’étais le dernier de la classe dans une filière scientifique. Et un matin, je m’en souviens comme si c’était hier, j’ai eu une révélation : j’avais enfin compris le sens des équations de physique, qui sont plutôt obscures. Ce n’était plus seulement des chiffres et des lettres abstraits, mais des flux et des phénomènes qui interagissent entre eux, c’était comme une épiphanie ! C’est ce qui m’a déterminé à poursuivre dans cette matière, jusqu’à un master en physique quantique à Harvard. » 

Il juge l’expérience d’entrepreneur « passionnante » pour toutes les opportunités de rencontres qu’elle offre. « Ma vision de l’entrepreneuriat, c’est de partir avec des associés. Ça permet d’avoir un relais quand on a un coup de mou, de confronter des visions différentes pour aboutir à des innovations. Il faut aussi se préparer à ce que ce soit difficile et long. » Cette vision, espère-t-il, permettra à CAPS de s’imposer d’ici cinq ans comme une entreprise internationale capable de produire plusieurs centaines de drones par an et d’opérer des milliers de vols par jour. 

Parcours

Paul Cassé en 5 dates-clés

2014 : Révélation sur l’intérêt de la physique

2019 : Fondation de CAPS

2020 : Premier vol d’un drone CAPS

2021 : : CAPS invité d’honneur de VivaTech, présentation du produit au président de la République

2023 : CAPS à la COP28

Abonnez-vous
à notre newsletter
et magazine

Inscription gratuite