Repérés

Des vols sans destination qui font un carton

© RVA Aviation Photography
Publié le 30/09/2020

Afin de compenser le manque à gagner dû à leurs avions désertés, plusieurs compagnies aériennes en Asie et en Australie proposent désormais des « vols pour nulle part », avec un lieu de départ et de destination identique. Qantas a par exemple programmé pour le 10 octobre prochain un « vol panoramique » de Sydney à… Sydney, qui survolera des lieux touristiques tels que la grande barrière de corail. Les billets se sont envolés en 10 minutes ! « Un grand nombre de nos voyageurs réguliers ont l’habitude d’emprunter un vol toutes les deux semaines et nous ont dit que l’expérience de voler leur manquait autant que les destinations en elles-mêmes », a expliqué Alan Joyce, PDG de Qantas.

Des voyages à thème pour une expérience de haut vol

Pour convaincre les passagers potentiels de prendre ces vols, les compagnies aériennes promettent donc une expérience de haut vol, sans les habituels désagréments liés aux avions surbookés. Le vol de la Qantas inclut ainsi une « célébrité surprise » à bord. La compagnie Royal Brunei Airlines a organisé un « vol pour nulle part » qui a survolé l’île de Bornéo avec moults commentaires du pilote, repas gastronomique d’un chef étoilé et petit cadeau à l’arrivée. All Nippon Airways a de son côté proposé un vol à thème hawaïen au-dessus de l’archipel américain. Et la compagnie taïwanaise EVA Air a fait décoller son avion à l’effigie du personnage pour enfants Hello Kitty (voir photo ci-dessus) pour un vol spécial à l’occasion de la fête des pères locale.

Les vols pour nulle part ont bien sûr l’avantage de limiter les pertes des compagnies aériennes, mais ces initiatives leur permettent aussi de faire voler les appareils, de s’assurer que les pilotes ne perdent pas la main et de mobiliser des équipages qui seraient autrement au chômage. Mais, comme le souligne le Journal du Dimanche, « la grande perdante de cette nouvelle tendance se nomme… la planète. Car même sans destination, l’avion reste un moyen de transport polluant ». Face aux critiques, la compagnie Qantas a promis de payer le coût des émissions de carbone engendrées par ses vols panoramiques.

Repéré sur : Le Parisien