Tendances

7 initiatives WTF qui montrent que les codes changent

Publié le 5/12/2019

Des chariots pour célibataires, des Tesla qui font le bruit des noix de coco des Monty Python, des tenues de jeu vidéo dessinées par Louis Vuitton… Voici une sélection de projets insolites, parfois loufoques, menés par des marques pour s’adapter aux nouvelles attentes des consommateurs. Pour rajeunir sa cible et son image, il faut savoir sortir des sentiers battus. Illustrations.

1Des chariots « célibataire » dans un supermarché

Trouver l’âme sœur en faisant ses courses ? Un supermarché au Québec a décidé de donner un coup de pouce au destin et propose, depuis le printemps dernier, des chariots dotés d’un fanion « célibataire » (la photo ci-dessus). « Vous avez tenté l’expérience des bars, des sites et des applications de rencontre… Pourquoi pas l’épicerie ? Qui sait ce que nos nouveaux paniers pour célibataires feront naître ? », explique ce magasin de l’enseigne IGA sur son compte Facebook. L’initiative est vite devenue virale avec 17 000 réactions uniquement sur cette page.

En magasin, les clients se sont aussi rapidement appropriés ces Caddies dédiés aux célibataires. « Des clients de tous les âges les prennent, se réjouit le propriétaire du magasin Luc Julien. Des jeunes, des moyens... J’ai même une madame de 75 ans qui en a pris un ! » Le commerçant a d’ailleurs dû recommander d’autres chariots, indique le journal La Presse : « La compagnie qui les crée m’a annoncé qu’elle avait reçu plein de commandes d’entreprises et d’autres épiceries. J’ai l'impression que nous avons lancé une mode ! » L’idée montre bien en tout cas le potentiel qu’ont les magasins pour accompagner leurs clients et prendre une part dans la vie de leur communauté.

2Au Japon, un hôtel à un euro la nuit… à condition d’être filmé en direct sur YouTube

L’intimité va-t-elle devenir une monnaie d’échange à l’heure d’Instagram ? Depuis octobre dernier, l’hôtel Asahi Ryokan dans la ville japonaise de Fukuoka propose deux de ses chambres à 100 yens la nuit (moins de 1 euro) à condition d’accepter d’être filmé en permanence pour une diffusion en direct sur YouTube. C’est l’idée surprenante qu’a trouvée le nouveau gérant âgé de 27 ans, Tetsuya Inoue, pour relancer l’activité de cet établissement vieillissant. « De nos jours, les jeunes ne se soucient plus de leur vie privée… Beaucoup sont prêts à sacrifier leur intimité le temps d’une nuit », explique-t-il à CNN. Quelques restrictions s’appliquent néanmoins : la salle de bain n’est pas filmée, et le son n’est pas diffusé, ce qui permet d’avoir des conversations privées au téléphone. Les comportements à caractère sexuel sont également bannis.

L’initiative interpelle. Parce qu’elle est étonnante, dérangeante même, peut-être aussi symptomatique des dérives de la société. Mais au final, boostée par l’article de CNN, cette idée a donné une visibilité internationale à l’hôtel. En une semaine, la chaîne YouTube de l’établissement a gagné plus de 10 000 abonnés. Le gérant espère désormais franchir le cap des 4 000 heures de visionnage sur YouTube, ce qui lui permettra de monétiser les vidéos.

De leur côté, les clients qui optent pour une de ces chambres semblent s’amuser de la situation, et n’hésitent pas à afficher des messages à l’attention des spectateurs. L’établissement attire aussi des YouTubers qui viennent là pour le buzz. Vous voulez voir ? Voici la chaîne de l’hôtel, baptisée One Dollar Hotel.

3Les propriétaires de Tesla pourront choisir le bruit des noix de coco des Monty Python pour leur voiture

Quels sons choisiriez-vous pour une voiture qui peut coûter plus de 100 000 euros ? Tesla s’apprête à donner la possibilité à ses clients de personnaliser l’identité sonore de leur véhicule, rapporte Siècle Digital. Ils pourront décider du bruit de leur klaxon mais aussi du bruit qu’émettra leur véhicule en roulant à faible vitesse. Car le silence des voitures électriques peut créer un problème de sécurité pour les piétons qui ne les entendent pas arriver. À partir de 2021, l’Union européenne imposera ainsi aux voitures électriques d’émettre un son de 56 décibels minimum lorsqu’elles rouleront à une vitesse inférieure à 20 km/h.

Tesla proposera 3 choix à ses clients… dont un bruit de « noix de coco ». C’est une référence directe au film « Sacré Graal » des Monty Python, dont le PDG de Tesla, Elon Musk, est un grand fan. On y voit des chevaliers mimant un déplacement à cheval, accompagnés d’un écuyer qui entrechoque des noix de coco pour reproduire le bruit du cheval au galop. La scène, absurde, est devenue culte.

Elon Musk a déjà glissé des références aux Monty Python dans ses voitures. Un propriétaire d’une Model 3 a par exemple découvert, à côté de Netflix et YouTube, une chaîne « Monty Python ». Avec ce type d’initiatives, Tesla entretient l’image d’une marque décalée, qui apporte un regard neuf sur l’automobile. Ses voitures incarnent le haut de gamme, mais Tesla fait le pari que ses clients sont en quête d’un luxe décontracté et d’une marque « cool ».

Il faut maintenant espérer que l’Union européenne réglemente le bruit que pourront émettre les voitures afin que les villes ne sombrent pas dans une immense cacophonie !    

4Louis Vuitton habille les personnages du jeu vidéo League of Legends

En novembre dernier, les joueurs de League of Legends, l’un des jeux en ligne les plus populaires du moment, ont découvert un nouveau skin (une tenue) en vente pour l’un des personnages. Particularité : il a été dessiné par le directeur artistique des collections femme de Louis Vuitton, Nicolas Ghesquière, qui a revisité jusqu’à l’arme de l’avatar, une lame circulaire, en y intégrant le Monogram de la griffe de luxe. Il pose ci-dessus avec Qiyana, à qui cette tenue est destinée.

Ce skin est le fruit d’un partenariat entre Louis Vuitton et Riot Games, l’éditeur du jeu, noué à l’occasion du Championnat du monde 2019 de League of Legends qui vient de se dérouler à Paris. La collaboration ne s’est pas arrêtée au monde virtuel. Louis Vuitton a aussi fait preuve de son savoir-faire traditionnel pour concevoir la malle abritant le trophée remis à Paris. La marque de luxe annonce également dans un communiqué une collection capsule inspirée du jeu, toujours dessinée par Nicolas Ghesquière, mais cette fois disponible dans le monde réel. De quoi renouveler le storytelling de la griffe et rajeunir son image et sa clientèle.

5Une enseigne de luxe ouvre un magasin à Paris « entre chambre de torture et Orange mécanique »

Avec les initiatives de Tesla et de Louis Vuitton, on pourrait croire que le luxe est en quête d’une image cool, conviviale, fun. Mais toutes les griffes ne prennent pas cette direction, à l’instar de la marque américaine « Enfants Riches Déprimés ». Eh oui, une marque porte bien ce nom ! Née à Los Angeles en 2012, elle revendique un positionnement exclusif, vendant ses articles en quantités très limitées. « Un jeune label unisexe à l’allure punk et aux prix flamboyants, résume Konbini. Des T-shirts aux imprimés pour le moins banals, s’élevant à 400 euros, ça ne leur fait pas peur. »

Enfants Riches Déprimés a ouvert en novembre dernier sa première boutique à Paris, 79 rue Charlot, dans le Haut-Marais, avec un concept surprenant : « Je veux que les gens se sentent aussi mal à l’aise que possible », indique le fondateur de la griffe, Henri Alexander Levy. Il a souhaité une boutique « à la croisée du coffre-fort, de la chambre de torture et d’Orange mécanique ».

Ce magasin (en photo ci-dessus) cherche à évoquer des sensations « surréalistes et froides » pour un « luxe hors de portée », décrit le site Fashion Network. L’architecte qui a mené le projet donne même comme inspiration « un centre chirurgical »… L’expérience en magasin peut décidément prendre bien des formes !

6KFC lance un jeu pour draguer le Colonel Sanders

KFC est un grand spécialiste de la communication insolite. À Noël dernier, l’enseigne de restauration rapide avait mis en vente (pour 18,99$) une bûche en bois qui, en se consumant, dégageait une odeur de poulet frit ! Auparavant, la marque avait aussi proposé un vernis à ongles au goût de poulet, une crème solaire à l’odeur de friture ou encore un faux doigt pour consulter son smartphone sans salir l’écran.

Dernière initiative WTF de KFC : le lancement en septembre dernier d’un jeu de drague où l’objectif est de séduire l’icône de l’enseigne, le Colonel Sanders. Dans un style très manga, le jeu intitulé « I Love You, Colonel Sanders! A Finger Lickin’ Good Dating Simulator », disponible sur la plateforme Steam, nous met dans la peau d’un jeune étudiant en cuisine qui a des vues sur l’un de ses camarades, le Colonel Sanders.

Pour l’enseigne, cette initiative contribue à rajeunir l’image de sa figure emblématique, le Colonel Harland Sanders, qui a réellement existé : c’est le fondateur de la franchise dans les années 1950. KFC capitalise sur cet héritage mais le revisite de façon décalée pour rester en phase avec les jeunes consommateurs.

7La maison de Barbie peut vraiment se louer sur Airbnb

Mattel souhaite, lui aussi, que sa poupée iconique reste dans l’air du temps. Pour les 60 ans de la figurine en octobre dernier, le fabricant américain a proposé de louer en vrai, sur Airbnb, la maison de Barbie. Pour cela, Mattel a trouvé une villa à Malibu qui reproduit trait pour trait la maison de Barbie. La marque est allée au bout du storytelling en mettant sur la plateforme de réservation une annonce rédigée à la première personne par Barbie elle-même.

Un seul séjour était ouvert à la réservation, du 27 au 29 octobre, qui a tout de suite trouvé preneur. Pour seulement 60 dollars la nuit, la villa pouvait accueillir 4 personnes, qui ont pu, en plus, profiter d’un programme concocté par la marque : coiffeur, cours d’escrime, cours de cuisine, visite guidée...

Avec cette opération, Mattel veut garder sa poupée très actuelle et bien vivante dans l’esprit des consommateurs. En novembre dernier, la marque a aussi installé aux Galeries Lafayette Paris Haussmann une reproduction à taille humaine de la maison de Barbie au 5e étage du magasin. Mattel fait aussi évoluer ses poupées elles-mêmes pour répondre aux évolutions de la société. Barbie et ses tenues offrent aujourd’hui une représentation moins stéréotypée et plus émancipée de la femme. Le fabricant a même lancé en septembre une gamme « inclusive », avec des poupées qui se présentent sans genre : ni fille, ni garçon, c’est l’enfant qui définit leur identité.

BONUSSur TikTok, un jingle de Home Depot devient un hymne de la génération Z

Voici une huitième initiative en « bonus ». Elle est à part de notre sélection car, si elle est vraiment bien insolite, elle n’est pas voulue par l’enseigne. En octobre et novembre dernier, Home Depot a été une des marques vedettes de TikTok. Les jeunes utilisateurs de cette plateforme se sont appropriés la musique d’un spot publicitaire de cette enseigne américaine, comparable à Leroy Merlin, et l’ont utilisée comme bande son pour se filmer en train de danser et de faire des gags.

La newsletter de We Are Social donne un chiffre montrant l’ampleur du phénomène : les vidéos taguées #HomeDepot sur TikTok ont déjà été visionnées plus de 61 millions de fois ! Mais la marque n’est pour rien dans ce succès phénoménal. La musique utilisée est celle d’une campagne de publicité datant de 2018 où Home Depot faisait notamment la promotion de ses carrelages. Des spots passés totalement inaperçus, jusqu’en octobre dernier quand un utilisateur de TikTok tombe sur le thème musical qu’il trouve entraînant et en fait la bande son d’une vidéo. L’idée amuse et se propage, faisant de ce jingle un tube sur TikTok. Pour cette cible qui n’est pas cliente d’une enseigne de bricolage, la référence à Home Depot est une forme d’humour au second degré. L’enseigne n’en a pas moins gagné un fort capital de sympathie auprès de ses futurs clients.