Dossier

Lexique : parlez-vous le NFT ?

Publié le 16/06/2022

D’après un sondage de l’Ifop publié cette année, 75 % des Français n’ont jamais entendu parler des NFT ! Voici quelques notions pour tout comprendre et rejoindre le camp de ceux qui « mintent » et qui « dropent » !

NFT pour Non-Fungible Token (jeton non fongible)

Il s’agit d’un certificat numérique qui garantit le caractère authentique et unique d’un fichier qui lui est associé. Ce fichier peut être une photo, une illustration, une vidéo, une animation en 3D, un fichier sonore, etc.

« L’adjectif ‘fongible’ est un terme économique et juridique qui désigne la capacité d’un actif à être échangé contre un autre actif de même valeur. Par exemple, une pièce de deux euros est fongible, car elle peut être échangée contre une autre pièce de deux euros ou deux pièces d’un euro », explique le journal Les Échos. À l’inverse, une œuvre d’art ou une parcelle de terrain sont « non fongibles » : ces actifs ont une valeur en argent mais ils sont uniques. L’une des premières utilisations des NFT est d’ailleurs venue des artistes contemporains qui les ont utilisés pour authentifier des œuvres digitales. Il reste possible de copier un fichier JPG ou GIF, mais le NFT certifie que l’on est bien propriétaire de l’original.

Retrouvez des initiatives originales d’utilisation de NFT dans notre article : Ces marques qui lancent des NFT pour fidéliser leurs clients.

Blockchain

C’est la technologie utilisée pour le fonctionnement des NFT. La blockchain est une grande base de données transparente et sécurisée selon un modèle décentralisé. Pour la définir, le mathématicien Jean-Paul Delahaye, cité par la Cnil, donne l’image d’un « très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible ».

Bored Apes

Vous aviez peut-être déjà vu passer ces images de singes blasés (littéralement, des singes qui s’ennuient, en illustration ci-dessus). Il existe 10 000 dessins de ces Bored Apes, tous uniques, ayant été générés par un algorithme. Lancés en 2021, ils constituent une des collections de NFT les plus emblématiques. Leur prix s’est envolé, porté notamment par l’intérêt que des célébrités leur accordent. « L’attaquant du PSG Neymar en a acheté deux, qu’il arbore désormais comme image de profil sur les réseaux sociaux, le chanteur Justin Bieber a investi 1,3 million de dollars dans un NFT de la collection », écrit Le Monde.

Acheter un de ces NFT permet de rejoindre la communauté très select du Bored Ape Yacht Club, qui organise des événements exclusifs à la fois en ligne et dans le monde physique. 700 détenteurs de Bored Apes se sont par exemple retrouvés sur un yacht à New York.

Drop

C’est le moment précis où un NFT est mis en vente ou à disposition s’il s’agit d’une distribution gratuite.

Ethereum

C’est le nom de la plateforme basée sur la blockchain qui a permis l’émergence des NFT. Sa technologie permet d’implémenter des « smart contracts » (lire plus bas) qui définissent les conditions d’utilisation des NFT.

Ethereum dispose d’une cryptomonnaie appelée Ether (ETH), aujourd’hui la deuxième cryptomonnaie en capitalisation derrière le Bitcoin. Les NFT créés sur Ethereum s’achètent et se vendent en Ether. Comme le Bitcoin, le cours de l’Ether est très volatile.

Ethereum a aujourd’hui plusieurs concurrents qui permettent aussi de créer des NFT, notamment Tezos, dont le fonctionnement est moins gourmand en énergie.

Mint

C’est le processus de création d’un NFT en l’inscrivant sur la blockchain. En français, « mint » désigne le fait de frapper une pièce de monnaie.

Smart contract

Ce « contrat intelligent » est en fait un programme informatique contenu dans le NFT. Il exécute automatiquement des instructions définies par le créateur du NFT. Le smart contract peut, par exemple, contenir des avantages auxquels donne droit la possession du NFT : une entrée gratuite pour un événement sportif ou une exposition d’art, une réduction pour certains achats, un accès privilégié pour commander des articles en édition limitée, etc. 

Wallet

C’est le portefeuille numérique qui permet à un détenteur de NFT de les stocker. Ce type de wallet sert aussi à stocker les cryptomonnaies. Il existe de nombreux portefeuilles numériques, disponibles sur ordinateurs et smartphones, comme Metamask par exemple.

La lourde empreinte carbone des NFT

Posséder un certificat numérique sur son téléphone peut sembler anodin pour l’environnement. Les NFT ont pourtant un lourd impact écologique. Ils reposent sur la technologie de la blockchain qui nécessite d’importantes ressources énergétiques du fait de la complexité des calculs mathématiques. Cet impact est renforcé car les NFT doivent être achetés en cryptomonnaies, qui reposent elles aussi sur la blockchain.

Concrètement, la plateforme Ethereum sur laquelle sont créés et échangés la plupart des NFT consommerait autant d’électricité que l’ensemble des Pays-Bas, selon l’organisme de surveillance des technologies Digiconomist cité par France Info.

Le site économique Quartz a comparé la création et la vente d’un NFT avec la vente d’une version imprimée d’une œuvre d’art, de la mise en ligne de l’annonce jusqu’à la livraison du tirage chez le client. Résultat : le NFT émet 91 fois plus de carbone qu’une vente physique équivalente ! Quartz propose une autre comparaison : la vente d’un NFT émet autant de CO2 qu’un trajet de 800 kilomètres dans une voiture à essence américaine.

De nouvelles plateformes d’échanges de NFT se développent, comme Tezos, reposant sur une technologie bien moins énergivore.